Me créer un revenu complémentaire

Pourquoi le Salon peut vous aider ?

Vous souhaitez investir dans l'immobilier ? L'ensemble des acteurs de l'investissement locatif et de la gestion de patrimoine sont réunis tous les ans au Salon National de l'immobilier Paris pour vous accompagner dans votre projet et vous offrir les meilleurs conseils et solutions.

      

Vous trouverez ci-dessous un petit lexique des méthodes d'investissement privilégiées en vue de vous créer un revenu complémentaire, rédigé par notre partenaire Anacofi Immobilier :

Loueur en meublé :

Le propriétaire investisseur peut louer directement son bien ou acheter un bien dans une résidence de services gérée par un gestionnaire. Les recettes issues de cette location relèvent de la catégorie des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux). Les déficits constatés sont imputables uniquement sur les bénéfices tirés d’activités de même nature. Deux statuts sont possibles, et ont des intérêts fiscaux et patrimoniaux différents : le LMNP (Loueur meublé Non Professionnel) et le LMP (Loueur Meublé Professionnel).

Loueur en meublé professionnel (LMP) :

Il est nécessaire de remplir trois conditions cumulatives pour être considéré comme loueur en meublé professionnel : il faut être inscrit au registre du commerce et des sociétés ; il faut tirer de l'activité de location en meublé un chiffre d'affaires annuel de 23 000 € TTC minimum (créances acquises/dettes certaines) ; et que ces recettes  excèdent les autres revenus d'activité du foyer fiscal soumis à l'IRPP progressif (salaires, rentes, pensions, BIC, BNC, BA) (sont donc exclus les dividendes et les revenus locatifs). Les déficits provenant d'activités industrielles ou commerciales exercées à titre professionnel sont imputables sur le revenu global (sans limitation de montant) de l'année ou des 6 années suivantes.

   

A retenir : investissement « retraite ». L’amortissement comptable du bien permet de créer des charges « artificielles » venant contrebalancer les revenus BIC perçus. Ainsi les revenus perçus ne sont pas imposables pendant de nombreuses années (environ 15 à 30 ans selon que le bien est financé par emprunt bancaire ou non). Une attention toute particulière doit cependant être portée à la qualité du gestionnaire en cas de résidence de services gérée, puisque la pérennité de l’investissement en dépend.