Salon National de l'Immobilier - Projet

5 conseils pour réussir son 1er achat immobilier ?

Les taux sont très bas. Acquérir un logement en cette rentrée présente toujours de nombreux avantages à condition de bien acheter… Alors, suivez nos conseils pour réussir votre 1er achat immobilier. Sinon, faites un tour au salon national de l'immobilier qui se tient du 12 au 14 octobre à Paris. 

   

Un projet immobilier, même par temps de taux bas, se prépare. Pas question de partir bille en tête et de naviguer à l’aveuglette. Pour se lancer, il vaut mieux attendre d’avoir des revenus réguliers et stables. Même si, actuellement, les banques prêtent, elles ne veulent pas, parce que la rentabilité des crédits est très faible, prendre le risque de se retrouver avec sur les bras un dossier au contentieux. Elles analysent tout : l’emplacement du bien, le CV, les revenus, les dépenses, le reste à vivre, le saut de charges, l’apport personnel, les possibilités d’évolution de carrière du candidat …

Préparer votre projet en amont

Avant de visiter, il faut savoir ce que vous pouvez acheter, donc définir votre budget et votre capacité d’endettement. Il est, en effet très important, de ne pas sous-estimer ni sur-estimer sa capacité d’emprunt. La règle est (presque) la même pour tous : le montant de l’emprunt ne doit pas dépasser le tiers des revenus nets (tous crédits confondus). La banque tient donc compte de tous les crédits en cours (voiture, consommation …) mais aussi du reste à vivre (après paiement de la mensualité) et de la composition de la famille. Pour évaluer votre capacité d’emprunt globale, filez donc chez un courtier ! En fonction des différentes stratégies des banques avec lesquelles il travaille, il pourra définir l’enveloppe la plus intéressante pour vous ! Et si vous avez des crédits en cours, il vous proposera des solutions pour les racheter et les intégrer dans la construction du prêt immobilier, de quoi rester dans les clous de la règle dite des « 33 % ».

Adaptez la durée de votre emprunt à vos besoins

Plus on emprunte sur des durées longues et plus la somme est importante. Certes, plus le taux est élevé, plus le crédit coûte cher. Mais avec les taux en cours, cette option reste très intéressante. D’autant plus que, de toute façon, peu de gens vont au bout de leur prêt : la durée moyenne de conservation d’un crédit est de 9 ans ! Pour acheter votre 1er logement, vous avez tout intérêt à allonger la durée de votre prêt. Ceci vous permettra d’acheter une superficie plus grande, celle dont  vous avez besoin !

Nettoyez vos comptes

Les banquiers sont très vigilants à la capacité des futurs emprunteurs à gérer leur emprunt et leur budget pour satisfaire à leurs obligations de remboursement. Avant de vous financer, la banque mettra donc son nez dans vos comptes. Si vous avez été à découvert durant les 3 ou 6 derniers mois, si vous êtes un habitué des frais de commission, des agios ou que vous cumulez des prêts à la consommation, c’est mal parti. Que veut la banque ? Un client qui sait gérer son budget et surtout qui sait mettre de l’argent de côté. Avant de demander un crédit, nettoyez vos comptes !

Ayez un apport personnel

Pour obtenir le meilleur taux, il faut avoir ce que les banques appellent « un apport personnel », de quoi couvrir les frais de notaire, de dossier et de garantie. Soit en moyenne 10% au moins du montant que vous voulez emprunter. Si vous avez été capable d’économiser, la banque sera plus en confiance et vous accordera de meilleures conditions ! Rassurez-vous, quand on est jeune, de 25 à 35 ans, on n’a pas forcément eu le temps de mettre de l’argent de côté, ça, la banque le sait. Elle sera donc compréhensive. Mais elle s’attardera sûrement sur vos diplômes, cherchant à savoir si vos revenus sont susceptibles d’évoluer. De quoi la rassurer !

Soignez l’emplacement du bien

Parfois, il vaut mieux acheter un bien, un peu moins grand, mais de qualité, c’est-à-dire à un emplacement où il ne perdra pas de valeur ! La banque est en effet très attentive à l’emplacement ! Et pour cause, le marché immobilier n’est pas le même partout : autant les prix progressent dans les grandes villes, autant ils baissent dans les villes de moindre importance. Si vous projetez d’acheter un logement dans un quartier reculé, mal desservi, où les prix ont tendance à baisser, tout ça pour avoir une surface plus grande (parce que votre budget est ric rac), c’est un mauvais calcul ! La banque ne vous suivra pas, estimant que le risque est trop grand et que si vous deviez revendre le bien, vous ne pourriez pas la rembourser.

Découvrez le site de My Sweet Immo

Salon National de l'Immobilier - Logo MySweetImmo