Le logement neuf à Toulouse suit la tendance nationale

L’immobilier neuf à Toulouse est symbolique du marché du logement neuf dans l’hexagone, avec, en 2018, un recul des ventes et des nouvelles commercialisations ; mais une pression sur les prix. Tour d’horizon dans la ville rose.

L’immobilier neuf à Toulouse et son aire urbaine suit la tendance nationale avec des ventes et des mises en vente en recul sur l’ensemble de l’année 2018. Malgré plus de 2 000 ventes de logements neufs au quatrième trimestre, l’activité recule de 12 %, comparé au dernier trimestre 2017. Sur l’ensemble de l’année, la baisse dans l’aire urbaine toulousaine est de 8 %, pour - 7.3 % sur la France entière.

Dans le détail, les investisseurs sont moins nombreux, même s’ils représentent toujours la grande majorité des acquéreurs : 71 % en 2018, contre 74 % en 2017. Plus de 5 000 logements neufs ont ainsi été vendus à des investisseurs l’an dernier, soit un recul de 11 % en un an. Toujours comme au niveau national, à l’inverse, les ventes aux accédants à la propriété restent stables sur l’ensemble de l’année, même si elles reculent de 9 % sur le seul dernier trimestre.

Plus de 6 800 logements neufs en vente à Toulouse et son agglomération

Dans le même temps, les mises en vente ont diminué de 26 % par rapport à 2017, ce qui représente un peu plus de 5 500 logements neufs en commercialisation fin 2018, soit 9.5 mois de stock théorique de vente, quand un marché est jugé équilibré avec un an de stock. Ce sont ainsi environ 140 programmes immobiliers neufs actuellement commercialisés dans Toulouse intra-muros, sur le site de Trouver-un-logement-neuf.com.

Cette baisse de l’offre entraîne une pression sur les prix de l’immobilier neuf à Toulouse et son aire urbaine : + 3.7 % à fin 2018, soit 3 718 €/m² habitable, hors parking. Dans la ville rose, toujours selon Trouver-un-logement-neuf.com, il faut donc en moyenne compter 225 000 € pour acquérir un trois-pièces dans l’immobilier neuf.