Parole d'expert : René Bastardy, Gérant de Toulouse Crédit

René Bastardy, Gérant de Toulouse Crédit, répond à nos questions :

Vous participez pour la quatrième année consécutive au Salon de l'Immobilier de Toulouse. Doit-on considérer qu’aujourd’hui TOULOUSE CREDIT joue dans la cour des grands ?

"Au risque d’être  prétentieux, je vous réponds que oui, car en l’espace de 11 ans nous avons gagné nos galons de cabinet de référence par toutes les banques avec lesquelles nous avons signé une convention. Nous sommes même le 1er courtier indépendant en terme de volume dans une des 4 banques régionales qui quadrillent le territoire en OccitanieToulouse Crédit à la réputation de faire du bon travail et de trouver l’équilibre entre l’emprunteur et le prêteur. J’en veux pour preuve les  avis détaillés sur google qui confirment notre réputation.

J’en suis très fier car cela signifie que  nous avons su conserver nos valeurs. Du coup, la duplication de notre style  à l’échelon régional dont je rêve est difficile. La porte est ouverte mais je n’ai pas pour l’heure rencontré plus outrancier que moi dans la recherche du détail.

Je regrette quand même qu’au niveau de la presse, le privilège soit toujours donné aux "gros" et que l’artisanat soit toujours oublié. Ce que les gens ne savent pas, c’est que tous les courtiers ont les mêmes conditions sur la ligne de départ. Après tout dépend de l’art de négocier."

                     

Pourquoi cette obsession ? Est-ce lié à votre personnalité ou à la réglementation de votre métier ?

"Un peu les deux, mais le plus important pour le grand public est de savoir que nous exerçons dans un métier réglementé et que nous sommes sous le contrôle de l’ACPR (Autorité De Contrôle Prudentiel Et De Résolution ), autorité administrative adossée à la Banque de France qui veille à la préservation de la stabilité du système financier et à la protection des personnes. Cela signifie que nous avons les mêmes obligations que les banques sans en avoir les moyens (service juridique notamment).

Nous n’avons aucun droit à l’erreur car contrairement aux "gros", nous ne luttons pas avec les mêmes armes et ne possédons pas par exemple de service juridique, ce qui ne nous empêche pas bien sûr d’avoir notre avocat. Pour coller à la réglementation et rester dans l’actualité, nous sommes adhérents comme Meilleurtaux , CAFPI et d’autres à l’APIC (Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits).

J’ai postulé pour participer à une commission sur le crédit. Ma candidature n’a pas été retenue. Dommage, car ceux qui me connaissent savent que j’aime faire entendre les différences dans un monde que la majorité veut uniforme. C’est la raison pour laquelle nous nous battons pour conserver notre indépendance. Nous devons donc peser tant en quantité qu’en qualité auprès des banques en espérant qu’un jour le réseau de la Banque Postale qui, sur Toulouse, ne travaille qu’avec les nationaux, reconnaitra la qualité de notre travail.

A ce propos, nous avons été, en 2015, le 1er cabinet de courtage toulousain contrôlé. Je suis heureux  que nos documents et process aient été validés.

Pour moi, c’est le signe que l’on peut être créateur de projet en conservant la qualitéToulouse Crédit, ce n’est pas du BIO, mais dans l’idée nous sommes dans la démarche."

                         

Le gouvernement a annoncé des mesures concernant le logement, en premier lieu concernant le PTZ. Dites-nous !

" Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion Des Territoires et Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du Ministre, ont fait plusieurs annonces. Sur le PTZ, ils confirment que le dispositif sera maintenu jusqu’en 2021, mais  «mieux ciblé pour construire plus vite en zone tendue et soutenir la revitalisation dans les zones détendues».

Pour faire simple, les primo-accédants (non propriétaires de leur résidence principale et entrant dans des critères de ressources) pourront prétendre au PTZ si leur projet ne dépasse pas la frontière de la zone B1. Cela signifie que les personnes qui souhaitent faire construire ou acheter en VEFA en zone B2 et C ne pourront plus prétendre à l’aide de l’état.

Je  comprends  la logique budgétaire, mais je pense qu’il n’est pas bien d’exclure mêmes dans les périodes difficiles. Je ne connais pas le poids du PTZ en zone B2 et C, mais je trouve cela injuste et contraire à l’évolution de la société qui selon moi devrait nous rediriger demain de nos quartiers (dont je fais partie) vers nos campagnes. Nous pourrons certes, si nous rentrons dans les critères, achetons dans l’ancien avec 1/3 de travaux, prétendre au PTZ, mais c’est encore une décision qui profite au plus grand nombre.

Ce que les non-initiés ne savent peut être pas, c’est que la campagne était déjà  défavorisée par rapport à la ville dans le montant du PTZ (normal car les prix sont moins élevés) mais aussi dans le mode de remboursement. Je suis donc contre cette vision "parisienne" des choses.

                       

Et la loi PINEL, puisque vous vous affichez Conseil en Immobilier Neuf ?

"Je suis très soulagé et trouve que le gouvernement a fait preuve de clairvoyance car ce que les gens ne savent pas toujours, c’est que dans la majorité des programmes, 20% environ, sont réservés au social. Attention, quand on parle de social, on parle d’un plafond de ressources annuelles de 30 000 euros en zone B1 à 24 000 euros en zone C.

Entre les 2, il y a des emprunteurs qui ont besoin de se construire un patrimoine en baissant la fiscalité. Les montants seront réduits certes mais je suis très favorable à la position du gouvernement.

Je pense néammoins  cohérent  de limiter cette loi aux zone tendues (de A à B1) ou la demande de logement est supérieure à l’offre et  de la supprimer dans les zones B2 et C.

Cela évitera à des investisseurs négligents d’investir comme ce fut parfois le cas dans de véritables déserts (cf. Jean Patrick CAPDEVIELLE). Je tiens la vidéo chantée à votre disposition si vous voulez plaisanter un jour dans nos bureaux. Mais  c’est exactement ce dont il s’agit."

Pour l'heure, nous vous attendons nombreux sur le stand n° C024 pour parler de vos projets.

  

Pour en savoir plus :